Des racines et des ailes

Avec le temps, et avec honte, je constate que je ne connais pas vraiment l’histoire de Madagascar. Ce qui me reste et ce que je sais est rythmé par des dates, des noms, des places, sans jamais vraiment connaître les détails.Ce sont des bribes d’information qui me sont restées de mes années CEPE ( c’est le premier diplôme d’Etat que l’on passe, avant d’entrer en 6ème au Collège, on a étudié à fond la géographie et l’histoire de Madagascar cette année là, on a appris par coeur la manière de dessiner la Grande île (avec les rivières) et enfin, on connaissait les différentes entreprises nationales malgaches, leurs emplacements et ce qu’elles produisaient) ou des jours fériés qui fleurissaient notre calendrier.

Et pourtant Madagascar a une histoire aussi longue et passionnante que la plupart des autres nations.  Plusieurs royaumes se sont faits la guerre, ont contracté des alliances stratégiques, ont conclu des accords de paix, .Des guerres de conquête ont été menées, des trahisons en tout genre ont parsemé cette histoire. Puis, il y a eu la venue des occidentaux. Ils sont arrivés sur la Grande Île, bien avant que leurs contemporains ne se nourrissent d’idées considérées comme salvatrices et civilisatrices. De ces arrivées, la pluralité des royaumes qui composaient Madagascar est devenue une seule et unique entité: la colonie de Madagascar. Mais cette sombre période de l’histoire n’est pas non plus dépourvue de ses héros, de ses braves, de ses méchants.

Bien que souvent négligée, l’histoire est pourtant essentielle pour une nation, un peuple, un pays. Elle lui permet de regarder le passé, d’en tirer les leçons pour l’avenir, mais aussi de comprendre le présent.

Allez, avant de plonger dans les livres d’histoire et de savoir en détails tout ce qui s’est passé. Je commence par vous relater les grands points dont je me souvienne:

– Les vazimba étaient les premiers habitants « autochtones » de l’île. Puis, des Indonésiens ou des Malaisiens (en tout cas, des gens venant du continent asiatique) sont venus par petits bateaux.

– Les Européens sont venus faire un travail d’évangélisation, d’exploration naturelle. Ils ont traité avec les royaumes dans le Sud, à l’Est, et sur les Hauts Plateaux. Puis, ils ont eu cette idée de faire plus et de rester plus.

– Les Malgaches ne se sont pas vraiment laissés faire, et du coup, il y a eu plein de noms et d’évènements: Jean Ralaimongo, Menalamba, VVS, mai 1929, 29 mars 1947, MDRM, les 3 députés. Puis, le pays retrouve l’indépendance. Et, une fois de plus, beaucoup de noms et d’évènements…et il en sera ainsi jusqu’à nos jours.

Vaste programme, peu de temps…néanmoins, et de premier abord, sans relation avec ce qui était dit dessus, voici quelques cartes postales pour nous donner une petite idée de « comment c’était avant :p »

Publicités

1 kilos de vêtements…ça ira merci!

Lors d’une balade en ville, j’ai découvert par hasard, une boutique: le Kiloshop…ça m’a fait sourire…tellement ça me rappelait à la fois le pays et que je trouvais que c’était…original! Comme son nom l’indique (oupaaa), c’est un magasin de vêtements..mais contrairement aux autres magasins, les vêtements y sont vendus non à l’unité, mais au kilo…oui, au kilo.

Le magasin est situé dans un quartier assez sympa du côté de l’Hotel de Ville de Paris (plus précisément au 69 rue de la Verrerrie). Les vêtements n’y sont pas neufs, mais sont vintage (comme dirait le monde de la Mode…). Et on trouve de tout, des chemises, des t-shirts, des sweet-shirts, des robes, des jupes…et même de bons jeans (oui de vrais jeans classiques de toutes les marques, avec de bons tissus qui durent et peuvent endurer 365jours/ an de vie trépidante). Il y a aussi des rayons accessoires, chaussures, foulards, chapeaux et des blousons en cuir. Le tout pour un prix fixe/ kilo. Il faudrait aimer farfouiller et faire un travail de fourmi pour repérer la bonne affaire! Perso, je sais que j’y retournerais pour me dégoter un jean, des chemises et/ou un blouson cuir…à ce prix là, c’est permis 😀

Ps: 1 kilo de vêtement correspondrait à 5/6 pièces. Et selon le type de vêtement, le prix est de 20 ou 35 euros.

…a voté

La campagne pour les présidentielles françaises est finie, et le résultat connu depuis le soir du 6 mai à 20h (ou à 18h30 pour certains). Le 8 mai, le président fraîchement élu, et celui qui va terminer son mandat le 15 mai sont ensemble pour la commémoration de la fin de la Seconde Guerre Mondiale par la victoire des Alliés sur l’Allemagne Nazie. C’est une image forte, démocratique et incroyable.

La campagne pour les présidentielles américaines est commencée et l’épisode sera clos le 20 ou le 21 janvier par la cérémonie d’investiture de celui qui va gagner ces élections. C’est une cérémonie presque immuable, avec ses codes, sa Bible et son discours d’investiture.

Dans certains pays, les élections n’ont pas les mêmes significations que dans les pays cités ci-dessus. C’est le cas du mien. Au lieu de s’attendre à un renouvellement démocratique du pouvoir, on a toujours peur que ça dégénère, et ça ne manque jamais de le faire. Les résultats sont toujours contestés et soupçonnés d’être entachés de fraudes en tout genre (quand ils ne sont pas auto-proclamés). La passation de pouvoir…ça existe? Tous ces facteurs font que de moins en moins de citoyens croient que les élections peuvent changer quelque chose à leur vie quotidienne, et qu’ils n’attribuent, non sans raison, aucun pouvoir à la chose politique. D’où un désintéressement inquiétant de la population, plus occupée à chercher son pain quotidien qu’à savoir si ces modifications constitutionnelles ou ces élections législatives ou présidentielles vont vraiment contribuer à améliorer leur bien être ou ne font que servir un certain nombre de tenants du pouvoir (et pour certains, depuis l’accession à « l’Indépendance » en 1960).

Les deux images citées plus haut sont à la fois bizarre, et donnent envie. Comment ils font, ces anciens adversaires pour être côte à côte, pour arriver à se contenir sans s’étriper…et accepter l’un comme l’autre, le choix de leurs concitoyens. Comment cela se fait il qu’il n’y en ait pas un qui en appelle à l’Armée ou à toute autre force disposant d’armes pour rester/ accéder au pouvoir? Pourquoi il n’y en a pas un qui rameute la population pour investir une place (de préférence symbolique) et y rester jusqu’à ce que quelque chose se passe? Pourquoi il n’y a pas un camp qui conteste les résultats finaux?

Ca doit être cela la Démocratie. Et malheureusement, mon cher pays n’a jamais encore connu cela…Encore pire, depuis près de 3 ans, il y règne un grand « n’importe quoi »…et bien qu’avant, on considérait que les élections n’allaient rien changer, maintenant, on se rend compte, que non, il ne faut pas nous en priver malgré tout. Et si eux, ceux qui sont se maintiennent au pouvoir (à tout prix) ne peuvent offrir à leurs concitoyens ces chères élections, il ne reste plus à ces derniers qu’à prier, écrire au Père Noël, pour qu’enfin, un jour (lointain?), elles puissent se tenir ces élections et que leurs résultats soient acceptés de tous, reconnus comme non entachés de fraudes…et qu’enfin, on puisse assister à une cérémonie de passation de pouvoir à Madagascar.