Ombilahy maherinay e! :p

Certes ce sport est considéré comme populaire dans le sens premier du terme et n’intéresse pas ceux qui se targuent de connaître tous les rebondissements dans les classements ATP, FIFA…et qui suivent les play off et tout ce que le sport mondial compte de joueurs internationaux et célèbres, de championnats et de tournois.

 Certes ces joueurs viennent (peut être) de certains quartiers de la capitale et ont souvent la réputation d’exercer des métiers disons le pas très communs.

 Certes, ils ne sont pas champions olympiques, ni champions du monde…et ils n’ont pas vaincu les All Blacks ni même les Springbox…

Mais malgré tout, malgré ces a priori, ces préjugés, ces joueurs ont réussi là où une multitude de personnes soit disant bien sur elles, ayant réussi leur parcours, et considérées comme ayant tout pour bien faire ont échoué : les rugbymen malgaches ont porté haut et fort Madagascar, à la sueur de leur front, sans se poser de questions et sans faire de discours préalables promettant monts et merveilles !

Ils ne sont « que » champions d’Afrique dans le groupe 1B.

Ils ont vaincu la Namibie lors d’une finale épique, et ce n’était pas gagné vu le score (57-55)…ils ont arraché cette victoire vers les dernières minutes, à la prolongation. Alors, oui, soyons fiers d’eux…soyons reconnaissants parce qu’en ces temps de crise (interminable) ils ont fait quelque chose pour leur pays : ils ont donné un titre de champion d’Afrique à Madagascar, et c’est tout ce qui compte.

Merci les Makis de Madagascar…

« What’s your problem »…

A la fin du match, une journaliste de la Télévision Nationale a essayé de faire une interview du capitaine de l’Equipe de Namibie…elle a eu le malheur de demander de but en blanc à celui-ci « What’s your problems? » (avec le recul, j’imagine qu’elle a fait une traduction mot à mot du malgache ou du français mais sous la pression de l’évènement n’a pu réalisé que le sens était différent en anglais) …depuis elle fait l’objet de déchaînement et de quolibets. C’est injuste et trop sévère pour elle. Parlant de manque de professionnalisme et de manque de préparation: comment le lui reprocher, personne ne s’attendait à cette victoire. Et puis, dans certains pays, quand on parle une langue qui n’est pas votre langue maternelle on vous encourage et on dit souvent: at least, you tried!. Tandis que dans d’autres pays, l’on est intransigeant et l’on se moque soit de l’accent soit carrément des efforts que la personne fait…entre ces deux attitudes il y a toute une différence!!

 

Publicités